Source :

Avec l’aimable autorisation de
Jean-François COLOMBET – Rédacteur en chef
et de la Société HISTOIRE & COLLECTIONS
Siège social : 19, avenue de la République
75011 Paris
www.histoireetcollections.fr

Les véhicules BERLIET de l'armée française
le GLR 8

Les légendes et articles sont de Jean-Michel BONIFACE
et de Jean-François COLOMBET
Rédacteur en chef de «Charge Utile Magazine»

 

Pour agrandir la photo : clic sur la miniature et après visualisation : clic sur le bouton «Précédente» du navigateur pour revenir sur cette page

Disposant déjà d’une excellente réputation dans le monde du transport civil, le Berliet GLR 8 fait son entrée dans l’armée française en dotant d’abord des unités stationnées en Afrique du Nord. Il équipe ainsi largement les CST (Compagnies sahariennes de transport) où sa fiabilité est appréciée. Après quelques GLR 8 b en 1955, c’est le nouveau modèle GLR 8 R animé, comme son prédécesseur, par un cinq cylindres diesel Ricardo, qui fait l’objet des commandes les plus importantes. On le retrouve équipé en benne entrepreneur, en citerne à eau et à carburant, mais aussi et surtout en plateau à ridelles bâché, comme cet exemplaire photographié en Tunisie.
(Cliché ECPAD/France)

Ce GLR 8 R est typique de la commande de l’armée française la plus importante, livrée entre 1958 et 1960. Il est notamment équipé d’une cabine couchette de type Tropiques avec pare-brise ouvrant, visière pare-soleil et isolation du pavillon, ainsi que d’un double porte roue de secours derrière cabine. Légère, la militarisation du véhicule se limite, à une peinture sable adaptée à sa future utilisation saharienne, et au montage de feux de black-out. Le GLR 8 R, qui est un 7,5 tonnes en Métropole, n’est donné que pour 5,5 tonnes en utilisation en zone saharienne.
(Cliché ECPAD/France)

Maintenus en service principalement dans les unités de train après leur rapatriement d’Algérie, les GLR 8 R terminent souvent leur carrière comme véhicule école. C’est le cas de celui-ci, comme le prouve la bande de peinture blanche peinte sur son capot, qui identifie les véhicules munis de doubles commandes. Il est affecté au 503ème Régiment du Train, comme l’indique l’insigne qui orne sa calandre. Ce camion a hérité d’un pare-chocs de GLR 8 M.
(Cliché P. Aujas)